L’ÉQUIPE

pédagogique

Nous sommes une équipe de professeurs que rapprochent le goût d’enseigner et la curiosité intellectuelle, le souci d’accompagner les étudiants au plus près, le sens du service public, le plaisir de travailler en commun. Mais c’est la grande diversité des enseignants qui permettra à chaque étudiant de trouver l’appui et la stimulation dont il a besoin : venus d’Arras ou d’ailleurs, passés par l’université ou par le secondaire, liés au tissu économique, aux établissements scolaires ou aux universités de la région, enseignants en prépa économique, en prépa littéraire ou dans les deux filières… il n’y a pas de portrait robot du professeur de prépa, pas plus que du bon étudiant ! Voici comment nous envisageons ce que nous vous proposons.

Mélanie Dubois

HISTOIRE

Professeure agrégée d’histoire, ancienne élève de l’ENS Ulm (année 2006), docteure en histoire médiévale, j’enseigne en classe d’hypokhâgne et de khâgne, ainsi qu’à l’université. Mes recherches portent sur l’histoire économique et sociale médiévale des XIIIe et XIVe siècles en France: écrit documentaire et comptabilités, anthropologie économique et juridique, histoire de la rationalité pratique.
Dans le cadre de la préparation au concours BEL, j’assure le cours d’histoire en hypokhâgne, cours de découverte des périodes antique, médiévale et moderne. Ces dernières sont abordées par une entrée thématique qui varie chaque année: la notion d’apogée et d’âge d’or en 2019, celle de crise en 2020 par exemple.
En khâgne, le programme de tronc commun est fixé pour l’année selon un principe d’alternance: France puis Monde, toujours à l’époque contemporaine. La spécialité histoire quant à elle permet d’approfondir les connaissances, de parfaire la méthodologie du commentaire de document, et d’appréhender de manière plus complète les autres périodes historiques.
Ainsi, ouverture culturelle, curiosité intellectuelle, mais aussi travail méthodologique et meilleure appréhension des phénomènes économiques, sociaux et politiques du monde passé et actuel, sont les maîtres mots de ma discipline.

melanie.morestindubois@gmail.com

Landry Lavoine

MATHÉMATIQUES

Je suis professeur agrégé de mathématiques et titulaire d’une thèse de doctorat en mathématiques pures (2016) spécialisée en analyse complexe et géométrie. J’enseigne en première année de classes préparatoires ECG, et anciennement ECE depuis 2017.
Les mathématiques jouent un rôle important en sciences économiques et en gestion, dans les domaines notamment de la finance ou de la gestion d’entreprise, de la finance de marché, des sciences sociales. Les probabilités et la statistique interviennent dans tous les secteurs de l’économie et dans une grande variété de contextes (actuariat, biologie, épidémiologie, finance quantitative, prévision économique…) ou la modélisation de phénomènes aléatoires à partir de bases de données est indispensable.
Le programme de mathématiques en ECG est dans le prolongement de celui des mathématiques complémentaires de terminale. Il se dégage quatre grandes parties : l’analyse (études de fonctions, de suites et séries, intégration), l’algèbre (matrices, systèmes linéaires, sommes), les probabilités (univers fini et infini, variables aléatoires discrètes, à densité) et enfin l’informatique en étroite relation avec les trois autres parties.

prof@monsieurlavoine.fr
www.monsieurlavoine.fr

Laurent Coudrier

GÉOGRAPHIE

Professeur agrégé de géographie, j’enseigne en CPGE littéraire la géographie et en CPGE ECG l’économie, la sociologie et l’histoire du monde contemporain. Je suis aussi chargé de cours (CM et TD) à l’université d’Artois (patrimoine naturel et géopolitique du monde contemporain), à l’université de Lille (préparation aux concours pour les agrégatifs d’Histoire) et à l’université de Valenciennes (préparations au CAPES). Géographe généraliste avant tout, je m’intéresse particulièrement à l’épistémologie de la géographie (domaine de l’hyperspatialité et du patrimoine) et aux relations entre sociétés et acteurs politiques (inégalités au sein des sociétés, géopolitique contemporaine).
En CPGE littéraire hypokhâgne et en khâgne, j’assure le cours de géographie (suivi d’une classe sur deux ans) : l’hypokhâgne porte sur la découverte de la géographie à partir d’objets variés. C’est le moment de la redécouverte de cette discipline autour d’une réflexion renouvelée et approfondie. En khâgne, le programme porte sur un programme fixé chaque année selon un principe d’alternance : géographie thématique puis régionale. Sur les deux ans, les étudiants peuvent suivre la spécialité géographie qui permet d’approfondir la démarche et les méthodes de la discipline, notamment autour du commentaire de cartes.
En CPGE ECG, j’assure le cours d’économie-sociologie-histoire du monde contemporain (suivi d’une classe sur deux ans). Cette option propose une analyse contemporaine des problématiques économiques et sociales, éclairées par une mise en perspective historique. Les étudiants ont le plus souvent pour objectif de réussir les meilleures écoles de commerce.
Finalement, je vous propose d’éclairer géographiquement ou économiquement la compréhension du monde contemporain : prendre du plaisir intellectuel par une (re-)découverte des rapports des sociétés à l’espace, au territoire ou à l’économie de ces derniers.

Laurent.coudrier@ac-lille.fr

François Bompaire

LETTRES

Ancien élève de l’ENS Ulm (année 2006), professeur agrégé de Lettres Classiques, docteur en lettres de Sorbonne Université.
Enseignements : Khâgne, Lettres tronc commun (5h) ; Khâgne : spécialité Lettres modernes (2h), épreuve d’oral. Hypokhâgne : Latin spécialité (Latin-Lettres) (2h).
Publications : François Bompaire, Définir l’ironie en France entre 1800 et 1950, Paris, Garnier, 2019.
Spécialiste de l’ironie antique et moderne ainsi que de l’œuvre d’André Gide, je travaille, dans mes recherches et dans mes cours, à travers tous les objets, d’une grande variété, que nous rencontrons, selon trois axes principaux : j’approfondis l’étude de la littérature de la fin du dix-neuvième et du début du vingtième siècle. Je demeure, dans toutes les œuvres étudiées, attentif à la catégorie de l’ironie, à celle du secret, au fonctionnement de la communication littéraire. Enfin, je tente d’organiser un dialogue entre littératures et théories antiques et contemporaines.
Je propose, en Hypokhâgne, un cours de deux heures à destination des futurs spécialistes de Lettres. Ce cours vient accompagner ceux de lettres et de latin. Nous y approfondissons l’étude du latin, pour les débutants comme les confirmés. Nous essayons d’y rapprocher la littérature la plus contemporaine des pensées et des écritures antiques. Nous y tentons des pratiques d’écriture, théâtrale, poétique, narrative, critique, d’autant plus créatives qu’elles sont plus riches de mémoire.
En Khâgne, les cours de tronc commun et de spécialité se centrent sur la préparation des concours. Mais les programmes sont aussi l’occasion, en travaillant au plus près de très grandes œuvres, de réinterroger notre idée de la littérature. Les cours de tronc commun (5h) portent sur un programme de quatre œuvres francophones, que nous éclairons de lectures critiques et d’œuvres hors programme, françaises ou mondiales. Le cours de spécialité (2h) consiste à comparer, suivant le programme des concours, une œuvre francophone et une œuvre de littérature étrangère.

Elodie Degroisse

ANGLAIS

Professeur de littérature, civilisation et traduction anglophone, je suis spécialiste de littérature irlandaise.J’enseigne en Hypokhagne et khâgne de la CPGE Gambetta Carnot et suis chargée de cours à l’Ecole Normale Supérieure de Paris Saclay. Ma thèse intitulée Présences paradoxales fait le lien entre les oeuvres de Samuel Beckett et d’Oscar Wilde à qui j’ai consacré un ouvrage The Paradox of identity publié aux PUF.
Dans mon enseignement j’ai à coeur de transmettre ma passion pour la littérature gothique et romantique. Je suis en effet en charge du cours de spécialité littérature et version anglophone pour les deux années ce qui permet d’explorer une grande variété de textes fondateurs, de périodes historiques et de les dynamiser par l’analyse de leurs adaptations théâtrales et cinématographiques. J’ai en effet également enseigné l’analyse filmique et j’aime à l’intégrer à ma pédagogie. L’objectif est de commenter un texte littéraire en prose – hors programme mais postérieur à 1800 – et traduire en français une portion de ce même texte. Le travail en cours vise à consolider les compétences linguistiques des élèves, dans le domaine de la compréhension écrite et de l’expression écrite, enrichir leurs ressources lexicales, assoir leur maîtrise de la grammaire, parfaire leur approche de la méthode du commentaire et de la version, enfin parcourir les littératures anglophones dans toute leur diversité (Angleterre, Etats-Unis, Irlande, littératures postcoloniales…), mais également avec l’histoire des idées au cours de la période : pour ce faire, l’approche retenue est habituellement une approche régionale et chronologique. Ce cours a aussi pour ambition de vous faire partager notre goût pour la littérature de langue anglaise, de vous faire voyager dans le temps et l’espace et , de vous donner, enfin, envie de lire par vous-même en version originale.
Atout majeur en CPGE à Arras, en première année d’hypokhâgne les élèves sont répartis pour l’anglais en deux groupes: futurs spécialistes d’anglais et de lettres d’un côté, futurs spécialistes d’histoire géographie et d’arts plastiques de l’autre afin de travailler en demi-groupe, ce qui est essentiel pour progresser – notamment à l’oral.<br>En prépa économique, j’enseigne la traduction et la civilisation du monde anglophone. On reprend les bases linguistiques pour pouvoir débattre des sujets importants de société qui agitent le monde contemporain, en utilisant des supports de presse et audiovisuels.

Avec ambition et bienveillance, comme le dit si bien Wilde:
“Shoot for the moon, even if you miss, you’ll land among the stars!”

Gregory Fenoglio

ARTS PLASTIQUES
HISTOIRE DE L’ART

Professeur agrégé d’arts plastiques, responsable et fondateur de l’association culturelle L’être lieu, membre du réseau d’art contemporain 50° Nord (en charge de la politique éditoriale), artiste plasticien et réalisateur de films documentaires.

Mon parcours universitaire et professionnel : École nationale supérieure d’art et de design de Nancy (ENSAD) et Université de Lille (Département Arts). Ma carrière d’enseignant débute dans le secondaire, pendant 8 ans en collège REP, puis en option de spécialité arts plastiques au lycée. Depuis 2009, j’enseigne en hypokhâgne, et depuis 2012 en khâgne, avec la création de la spécialité Arts plastiques – Histoire et théorie des arts à Arras.

L’option Arts en hypokhâgne se veut ouverte et généraliste. L’objectif vise une étude de l’art dans ses approches théoriques et pratiques, historiques et culturelles, techniques et méthodologiques, esthétiques et créatives.
En 2ème année (khâgne), la spécialité est consacrée à l’étude de deux questions: l’une porte sur une problématique transversale et diachronique (qui traverse les quatre grandes périodes de l’histoire de l’art : antique, médiévale, moderne et contemporaine), la seconde question est plus précise, chronologiquement délimitée, elle se restreint à un domaine d’expression artistique, à un mouvement ou à une aire géographique.

Enfin, intimement liée à l’option et à la spécialité Arts plastiques – Histoire de l’art, l’association « L’être lieu » développe un projet culturel en accueillant chaque année, un.e artiste plasticien.ne en résidence, pour une durée de 6 mois. Cette résidence conduit à la production d’oeuvres originales et à l’organisation d’une exposition ouverte au public (soir et week-end) dans les anciens ateliers techniques de l’établissement (800 m2) réhabilités en centre culturel. Un partenariat avec le musée des Beaux-Arts d’Arras permet à l’artiste de croiser son parcours de résidence.
Les étudiants d’hypokhâgne et de khâgne sont directement impliqués dans la vie de cette association : par le travail collaboratif avec l’artiste (pratique plastique), la rédaction d’articles pour la revue de L’être lieu, les diverses actions de médiations culturelles que les étudiants initient, ainsi que la programmation culturelle (conférences, débats, projections…) qui accompagne les expositions.
Ce projet culturel vise à enrichir la formation artistique et théorique des étudiants, à stimuler leurs initiatives, tout en constituant des expériences liées à leurs projets d’études, voire même professionnels.

gregoryfenoglio@hotmail.fr

Elise Gillon

LANGUES ET CULTURES
DE L’ANTIQUITÉ

Entrée à l’École Normale Supérieure en 1996, agrégée de Lettres classiques en 1999, j’ai enseigné à l’Université de Toronto, à l’Université de Paris IV-Sorbonne et à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest) avant d’être nommée dans l’Académie de Lille où j’ai retrouvé mes attaches familiales. Mon parcours de recherche a porté sur l’anthropologie augustinienne. J’enseigne le latin, le grec et la culture antique en Hypokhâgne et en Khâgne à Arras depuis 2009. Je m’occupe aussi du parcours de sorties culturelles de nos classes au Tandem Théâtre d’Arras / Hippodrome de Douai, avec une programmation variée, allant de la musique classique aux performances contemporaines. Tous les ans, le programme de culture antique change en Hypokhâgne : de grandes questions comme « Le pouvoir », « La guerre et la paix », « Le corps » servent d’entrée dans les littératures et civilisations grecques et latines. Les élèves se constituent ainsi une culture générale qui leur permet de mieux comprendre l’Antiquité… et toutes les œuvres de la culture occidentale qu’elle a inspirées ! Nous étudions les textes en version bilingue, ce qui permet à tous de suivre en réinvestissant les notions de latin et de grec abordées en cours de langue ancienne.
L’étude d’une langue ancienne est une obligation (et une chance) en Hypokhâgne ; elle peut se poursuivre en Khâgne selon la spécialité choisie. La plupart des élèves découvrent le latin ou le grec dans le cours d’initiation, tandis que ceux qui ont déjà étudié ces langues au lycée bénéficient d’un cours d’approfondissement. Les hypokhâgneux qui se destinent à une spécialisation en Lettres suivent aussi le cours de Latin-Lettres de François Bompaire.
Le latin et le grec nous sont très proches, puisqu’il s’agit de langues-mères du français, mais ils nous ouvrent un univers de pensée très lointain dans son ancienneté : les étudier permet de prendre de la distance par rapport à notre propre univers et à notre fonctionnement linguistique quotidien. C’est une occasion de reprendre à la base toutes ses connaissances grammaticales et de les approfondir. Les classes préparatoires littéraires sont l’un des rares endroits où vous aurez la chance d’apprendre le grec.
Dans la perspective transdisciplinaire des classes préparatoires littéraires, l’étude des langues et cultures de l’antiquité contribue à la culture linguistique, littéraire, historique, philosophique, géographique et artistique des élèves.

Arnaud Bouaniche

PHILOSOPHIE

Professeur agrégé de philosophie, docteur de l’université de Lille (auteur d’une thèse sur Bergson soutenue en 2009), j’enseigne depuis 10 ans au lycée Carnot-Gambetta en CPGE littéraire première année (hypokhâgne) et ECG deuxième année.
Des élèves des filières technologiques aux étudiants de l’université (comme celle de Lille ou de Paris 1 Panthéon-Sorbonne où j’ai été chargé de cours), je suis intervenu dans ma carrière à tous les niveaux et auprès de tous les publics. J’ai également l’expérience des jurys de concours (CAPES de philosophie, concours général des lycées), et suis, depuis 3 ans, membre correcteur de l’épreuve de culture générale du concours Ecricome.
En hypokhâgne, j’assure un cours de philosophie de 4h hebdomadaires dont le but est triple : 1° dans le prolongement de l’année de terminale, approfondir les grandes questions de la philosophie (la connaissance, l’action, l’art, etc.) ; 2° apprendre à lire les philosophes majeurs ; 3° atteindre la pleine maîtrise de la dissertation, conformément à ce qui est attendu à l’épreuve du concours de l’ENS.
En ECG, deuxième année, mon cours de 3h hebdomadaires consiste dans la préparation de l’épreuve sur thème de Culture Générale (dissertation) des concours des écoles de commerce. Au-delà de l’aspect scolaire, ce cours est aussi l’occasion d’apprendre à exposer sa pensée de manière claire et rigoureuse, et de prendre le temps de s’interroger sur un aspect fondamental de notre condition (la vérité, le désir, la nature, etc.).
Par ailleurs, je poursuis un travail de recherche qui donne lieu à diverses publications (livres, articles, éditions critiques), et se déploie principalement dans deux directions : 1° des études d’histoire de la philosophie sur la période contemporaine en France (notamment Bergson, Bachelard, Deleuze) ; 2° une réflexion sur les questions du temps et de la nouveauté qui se concentre depuis quelques années sur celle de la naissance.
Enfin, je m’efforce de participer à la diffusion de la philosophie le plus largement possible dans l’espace public par mon engagement dans deux associations : la Société des Amis de Bergson (SAB, ENS-Ulm, bergson.hypotheses.org), dont je suis le secrétaire ; et PhiloLille, association dont je suis le président depuis 2017, qui organise tous les ans en novembre la manifestation « Citéphilo » (citephilo.org), à Lille, dans les Hauts-de-France… et dans notre cité scolaire !

Jean-Paul Amann

PHILOSOPHIE

Professeur agrégé, docteur en philosophie de l’université Paris1-Panthéon Sorbonne, professeur de chaire supérieure, membre du jury de l’agrégation de philosophie.
J’ai été PRAG à l’université Nancy2 (1999-2000) et assistant au Collège de France (chaire de philosophie des sciences biologiques et médicales, 2001-2007). Mes recherches portent sur la philosophie des sciences médicales, domaine dans lequel j’ai codirigé des ouvrages, publié des articles et des traductions. Je suis associé à une équipe de médecins chercheurs de l’INSERM. En première année de CPGE ECG, j’assure la partie philosophique du cours de culture générale (3 heures). En CPGE littéraire, j’assure l’enseignement de tronc commun (4 heures) de philosophie en deuxième année (khâgne). Dans les deux cas, il s’agit bien sûr de préparer les épreuves des différents concours ouverts aux étudiants de ces filières, mais aussi, de découvrir ou d’approfondir les questionnements philosophiques classiques et contemporains qui éclairent notre présent. 

Marion Hache

ANGLAIS

Professeure agrégée d’anglais, également diplômée en lettres modernes et littératures comparées, mon domaine de recherche de prédilection est la littérature post-coloniale, à la croisée entre littérature et civilisation. J’assure en Hypokhâgne le cours de tronc commun, destiné à faire découvrir le commentaire et la traduction littéraires par l’étude des grands textes de la littérature anglo-saxonne.
En khâgne, je suis en charge de la préparation de l’épreuve écrite de spécialité, le thème : discipline exigeante mais incroyablement stimulante qui permet d’apprendre à manier la langue dans toutes ses subtilités. J’assure également le cours de tronc commun en presse, consacré à l’étude des problématiques du monde anglo-saxon d’aujourd’hui.
Mes cours en première année d’ECG visent à offrir un éclairage civilisationnel sur les enjeux économiques, sociaux et culturels contemporains de la sphère anglophone, tout en développant des compétences multiples en traduction, compréhension, expression ; à l’écrit comme à l’oral.
L’enseignement de l’anglais en CPGE est donc polyvalent : c’est cette variété disciplinaire que je propose aux étudiants de découvrir, tout en leur offrant des outils méthodologiques et linguistiques pour atteindre une véritable autonomie de pensée et d’expression.

Thomas Lemaire

ESPAGNOL

Professeur agrégé d’espagnol, j’enseigne en classe d’hypokhâgne, de khâgne et d’ECG 1 et 2º année ainsi qu’à Sciences Po Paris.
J’assure la préparation aux concours de la BEL et aux écoles de commerce en espagnol.
Attentif à répondre à toutes les attentes de chaque étudiant, mon enseignement propose de se concentrer particulièrement d’une part sur l’actualité économique, politique et culturelle du monde hispano-américain à travers des articles de presse ou des vidéos et d’autre part sur la littérature (LV1 et LV2) pour les classes littéraires. Par ailleurs, que ce soit dans les filières littéraires ou économiques, la traduction occupe une place importante.
L’espagnol, en CPGE, constitue une ouverture culturelle sur un monde à la fois proche, différent et très diffus à travers le monde. L’objectif de mon enseignement est de donner aux étudiants des clés de compréhension pour saisir les enjeux du monde hispano-américain contemporain.

Thomas.lemaire@sciencespo.fr
¿Quieres saber más ? ¡ Apúntate !